Vos commentaires et appuis (suite)

17 juin (suite)

J’accompagne ma mère depuis plus de 10 ans. Elle a emménagé tout près de chez moi et je vais la voir tous les jours. Elle est autonome et aura bientôt 90 ans. Le fait de savoir que je suis tout prêt lui permet d’être en sécurité tout en vaquant à ses occupations. Elle est très active, ce qui la garde plus en forme que la moyenne. Je l’accompagne à ses rendez-vous médicaux et je l’aide pour son administration, notamment pour les services bancaires sur Internet. Je suis partisane du maintien à domicile. Pendant la Covid-19, ma mère a pu continuer son rythme de vie sans trop souffrir du confinement. C’est en voyageant en Amérique du Sud, que j’ai constaté que les parents vieillissent beaucoup plus avec leur famille. Pourquoi, est-ce si différent au Québec?

France Tremblay

 

Comme infirmière retraitée et ayant travaillé en soins à domicile en milieu rural , j'appuie totalement les recommandations ci-haut mentionnées.

Ça fait plus de 30 ans qu'on parle de l'importance du maintien à domicile, mais les budgets se sont effrités et n'ont pas suivi !

Les soins à domicile et l'aide à domicile pour les activités de la vie domestiques ( AVD), doivent être une priorité et dispensés par les CLSC.

Diane Ferland

 

J’ai 68 ans mon conjoint 71 ans demeurons dans une petite municipalité de 1,600 habitants en Montérégie à 35 km de l’hôpital et à 5km d’un CLSC et désirons vieillir à la maison. Présentement nous n’avons pas besoin de services mais nous pensons à l’avenir...

Lise PINSONNAULT

 

Je suis totalement  d’accord avec ce que vous proposez. Merci de faire entendre vos suggestions et svp continuez! 

Merci

Isabelle Côté

 

Quel beau cri du coeur! Pourquoi faut-il crier pour que les gouvernements comprennent? Avant de vous connaître, j'écrivais récemment ce texte à ma député (Lise Thériault, malheureusement dans l'opposition). Elle brandissait une affiche qui disais 'Non à la maltraitance des aînés'. Je vous le partage: Alors, pourquoi on laisse la société dans un tel état que les familles et les aidants naturels sont obligés de « parquer » leurs aînés loin des yeux, loin du coeur? Pourquoi mettre des millions à bâtir de plus belles bâtisses au lieu de donner cet argent aux familles et aux aidants naturels pour qu’ils puissent garder chez eux leurs personnes âgées ou non qui sont malades? C’es pas plus de murs de béton et de condos à vieux qu’on la population a besoin. C’est de l’aide directe.

Michael Peters

 

Je suis entièrement d'accord avec votre démarche. Nous vivons chez nous, ma femme 73 ans et moi 78 ans et nous aurions besoin de plus d'aide a un coût raisonnable. Merci pour ce que vous faites.

Alain Mazzetti

 

Je suis un travaillant de 63 ans. Ma retraite se profile ainsi que mes années de vieillesse. J'aimerais moi aussi les passer chez moi le plus possible. Je suis de tout coeur avec votre mouvement. SVP n'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d'un coup de main. 

Merci

Paul Dallaire

 

J’appuie totalement cette initiative.

Nicole Desrochers

16 juin

 

J'aimerais bien finir mes jours chez-moi, entouré des miens.

Je pourrais évoluer beaucoup mieux que dans une résidence.

M. le Premier Ministre, veuillez prendre notre version en importance.

Hélène Ducharme

Marie-Pier Tardif

Bonjour vous tous qui avez de bonnes idées solutions etc. Je suis d'accord bien sur que ce sont mes souhaits les plus attendus Donc ensemble a force d'espérer nos désirs pourront se réaliser Merci beaucoup et disons ensemble bonne chance

Pierrette Massie

Ces la meilleure chose a faire.le plus tôt sera le mieux.

Jacques gauvin

 

J'appuie cette démarche qui permettra aux ainés de demeurer dans leur domicile près de leurs aidants naturels le plus longtemps possible parce que c'est plus sécurisant, garde plus facilement l'autonomie et est beaucoup moins dispendieux pour la société.

Merci pour promouvoir cette idée.

Gagnon Armand

 

Moi, j'ai 73 ans et je vis seule. Je souhaite que le gouvernement retienne le commentaire de chacun des aînés. Je désire demeurer chez-moi le plus longtemps possible.

Francine Ross

 

Il me semble que la preuve est indéniable. Seulement 10% des gens âgés vivant à leur domicile sont décédés de la covid 19. Pour moi, sans hésitation, la voie est dans l'augmentation des soins à domicile pour ces personnes.

Pierre Carignan

 

Excellente nouvelle. En décembre dernier, j’ai déménagé dans le Sélection RetraiteTerrebonne. Et je vais quitter fin novembre pour retrouver mon autonomie. Il faudrait que le soutien aux personnes de 70 ans et plus s’applique peu importe le logement que tu habites. Les RPA en profite pour augmenter les loyers sous prétexte que les usagers reçoivent un soutien financier.

Très déçu de cet établissement qui se contente de collecter les loyers. Nous en sommes au septième mois et l’aménagement extérieur vient à peine de commencer. Et naturellement, aucune compensation financière à ce sujet.

La création d’un unbusman pour les services aux aînés serait une excellente idée. Les litiges devrait se régler rapidement lorsqu’une situation d’abus ou d’injustice financière vient modifier leur condition de vie.

Se gérer soi-même restera toujours la meilleure option pour les personnes autonomes.

Marcellin Tremblay

 

Excellente initiative, démarche, et belle présentation. En tant qu'ex-proche aidante, je vais continuer de suivre votre proposition avec grand intérêt, car il faudra bien que vos démarches débouchent sur quelque chose de concret. Nous sommes ou seront bientôt dorénavant très nombreusEs. Votre cri du coeur a été entendu, pétition signée et je fait circuler!

Gabrielle de Lorimier

 

Très intéressant de lire cet article. C’est ce que je souhaiterais le plus,que de vieillir chez moi. J’espere que tout ce que vous décrivez,soit réalisable. Tout le système de santé actuel semble tellement complexe ,aucune communication  entre différents niveaux,manque de personnel, l’abus dans les heures supplémentaires,manque d’equipement sanitaire,manque de dirigeants communautaires ,aucun lien entre différents organismes communautaires,les dossiers qui tombent entre 2 chaises, etc...Un gros ménage dans le système de la santé doit être fait.Beaucoup d’ouvrage à faire avec des gens qui ont le même but ,et le souci de bien servir les gens autonomes et semi-autonomes dans leurs résidences .

J’appuie à 100% votre projet,espérant que le gouvernement prendra le temps de vous écouter et aura le courage de faire les changements nécessaires pour améliorer le bien être de la population vieillissante de la province du Québec.

Je vous souhaite la meilleure des chances .

Estelle Lebeau Lauzon

 

Ma mère a 88 ans et vit chez-elle, en appartement, et tout à fait autonome.  Pas question, pour elle, d’aller demeurer dans une résidence.  Elle fait ses petites tâches quotidiennes et marche pour se garder en forme.  Elle bénéficie d’aide de ses enfants.  C’est possible, encore pour nous, mais si on avait besoin?  Elle fait partie de ce faible pourcentage encore en forme aussi mentalement car elle est dans Son cadre de vie.  Coiffeuse à domicile et si elle avait besoin d’avantage, ce serai un gros plus de pouvoir s’en prévaloir afin d’éviter la résidence.  Une dame de 103 ans est demeurée dans sa tour d’habitation.  Jeunes, professionnels, gens de tous âges vivent là.  Alors oui, vieillir chez-soi autant que possible si la santé est encore là

Hélène Carette

 

Nous appuyons sans réserve cette initiative citoyenne qui vise à assurer aux personnes âgées un soutien (services et soins) qui leur permettrait de vivre le plus longtemps possible chez elles, au sein de leur communauté.

L'argumentaire qui sous-tend cette initiative est solide. L'État consacre déjà aux aînés une bonne part de son budget, part qui deviendra de plus en plus importante avec le vieillissement de la population. Pour désengorger les établissements actuels, et éviter de devoir sans cesse créer de nouvelles places dans les établissements du réseau public et privé, l'État aurait tout intérêt à repenser son système de maintien à domicile dans le sens du projet d'Assurance autonomie mis de l'avant par le Dr Réjean Hébert. Sauf exception, les aînés vivant dans les communautés québécoises peuvent compter sur un véritable filet social constitué selon le cas de voisins et d'amis, de parents et de proches aidants, de bénévoles et d'organismes communautaires etc. Avec de bons services de maintien à domicile, vieillir chez soi pourrait devenir un choix réaliste pour les personnes vieillissantes, tant et aussi longtemps que possible. 

La RÉSIDENCE la plus acclamée par la publicité, la MAISON DES AÎNÉS la spacieuse et ensoleillée et le CHSLD le mieux rénové, voire neuf, bref, la vie en collectivité, n'auront jamais à nos yeux de 79 et 83 ans, l'attrait de la vie dans notre CHEZ NOUS.

Jacqueline  et Bruno GIARD

 

Bonjour, 

présentement, je vis dans ma maison entourée de verdure et dans un endroit privilégiée. Je demeure ici depuis 15 ans.et je vis seule. Je bénéficie de l'entretien de ma pelouse, du déneigement et des soins du ménage avant la pandémie. Je suis en excellente santé sauf un petit problème de la bandelette ilio tibiale. Je fais de l'exercice, du jardinage et je suis entourée d'amis et de ma famille qui est quand même éloignée. J'apprécierais de demeurer dans ma maison le plus longtemps possible si on offrait des services essentiels si besoin se fait sentir.

Merci de me lire,

Gisèle Roberge, âgée de 82 ans.

 

Je suis aidante naturelle auprès de mon mari qui a été diagnostiqué démence vasculaire.Nous avons opté pour demeurer à la maison .Depuis un an et un peu plus le MDR a fait parvenir à notre CLS C une requête pour qu’il soit évalué je n’ai jamais reçu de réponse ou On m’a dit qu’il serait évalué l’automne passé.Aucun suivi.je paye pour le déneigement l’hiver le gazon l’été et une femme de ménage aux deux semaines .J’ai 81 ans mon mari 87ans nous espérons demeurer  dans notre maison aussi longtemps que possible.Pour le moment je répond à la tâche.Moi ce que j’aimerais que nous puissions déduire des petites réparations pour garder notre maison en toutes sécurités.exemple la cheminée extèrieure des briques s’effritent j’ai fait faire un estimé 3400$ plus taxé si on pouvait au moins le Déduire de l’impôt .Ça serait une petite participation et qui coûterait moins cher qu’un hébergement.Merci de me lire et j’accepte avec plaisir vos attentions à venir

Solange  Lamontagne lemoine

 

Afin de réaliser les demandes exprimées dans votre texte, il faut que notre Gouvernement modifie radicalement la structure administrative actuelle de notre Ministère de la Santé.

C’est la raison pour laquelle je vous incite à signer la pétition ci-bas afin que l’on redonne aux régions l’administration locale qu’elles ont perdue depuis la réforme Barrette: 

https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-8437/index.html?fbclid=IwAR1MwIk_0u6HeCJiWtz4Jn-m-0_sQieMoK5SXaq6jIBUKP7P2hQ_gVyx-co

Jocelyn Sévigny

 

Grâce à l’article de Francis Vailles paru dans La Presse j'ai pris connaissance de l’existence de votre site et de votre démarche qui mérite d’être connue de l’ensemble de la population et entendue par la majorité de nos dirigeants. 

Le premier ministre Legault affirme fréquemment prendre en considération les besoins et les attentes de la population dans ses prises de position et ses décisions sur des sujets qui tiennent à cœur la société québécoise. Notre ministre de la Santé a à son actif d’avoir implanté les soins à domicile dans Verdun lorsqu’elle était gestionnaire dans le réseau de la santé. Elle ne saurait qu’être en accord avec cette demande de la population vieillissante dont nous faisons partie mon conjoint et moi. 

Il est primordial de permettre aux Québécois de ma génération et des générations futures de vieillir et de mourir à la maison. La Covid 19 a modifié certains modes de travail auparavant boudés et rejetés par les employeurs (télétravail, travail à domicile). Les employeurs réalisent que la productivité n’est pas moindre (au contraire) et qui plus est, que ces modes de travail génèrent des économies non négligeables au point de vouloir les maintenir une fois la crise passée.

Je crois sincèrement qu’il ne saurait en être autrement pour la mise en œuvre d’un système de soins à domicile.  La pandémie a souligné l’extrême vulnérabilité des personnes âgées vivant dans les CHSLD et ce n’est certainement pas parqué dans ces résidences que je voudrais terminer mes jours. Mes grands-parents sont décédés à la maison et je n’ai qu’un seul souhait c’est que nous puissions finir sereinement nos jours, mon conjoint et moi, dans la maison que nous habitons depuis plus de 45 ans.

Les soins à domicile, les maisons de soins palliatifs ainsi qu'un meilleur soutien aux aidants naturels doivent être implantés dans l’ensemble des régions du Québec parce qu’ils sont tout aussi essentiels et importants que les maisons des ainés.

Marie-Claude Pineau

 

Bonjour, Je suis entièrement d'accord avec votre démarche. Je crois qu'il est temps que  socialement et politiquement on passe à l'action concernant les services à offrir aux aînés  pour faciliter leur maintien à domicile.

Johanne Ash

 

J e suis bien d'accord pour rester chez-moi avec les soins nécessaires j'ai 82 ans et je ne voudrais pas aller ailleurs alors que les gouvernements nous écoutent parce que je crois et j'espere que nous avons encore et toujours un droit de paroles ...

Rolande  Gendron

 

Avant de construire des Maisons pour les aînés pourquoi  ne pas mettre cet argent pour donner des soins à domicile et ainsi permettre aux aînés de rester chez-eux le plus longtemps possible et faire en sorte qu'ils gardent leur autonomie le plus longtemps possible.

Bien sûr il y aura toujours des personnes dont les soins requièrent qu'elles soient dirigées vers les CHSLD mais  les autres qui resteraient chez-eux feraient économiser de l'argent au gouvernemen mais pour ça ,il faut changer complètement la façon de penser des dirigeants et qu'on retourne à la base et prendre en considération en premier le bien-être de nos aînés non pas seulement en théorie mais aussi en pratique.

Diane Sévigny

 

Je suis entièrement d'accord avec un programme qui  nous permettrait de rester a la maison encore plus longtemps,  Comme on dit on est bien chez-nous dans nos affaires, ça permet de rester autonome plus longtemps et tant mieux pour tout le monde, j'espère que le gouvernement comprendra cela.

Merci a vous.

Monique Desfossés

 

Bonjour à vous deux, 

Le maintien et le soutien à domicile sont essentiels à la qualité de vie des aînés. Les aînés qui vivent dans leur communauté depuis de nombreuses années sont entourés de leurs proches mais également de personnes qu'ils côtoient régulièrement, participent à la vie communautaire, aux activités en culture et loisirs offertes ce qui contribue à leur santé physique et mentale. La visite régulière d'un intervenant, parfois la seule au cours d'une période donnée, est rassurante et évite des complications plus sévères.  

Le soutien financier est important, si on prend en compte que 21% de rabais s'applique au coût du loyer en résidence pour aînés, il faudrait également qu'on pense à offrir aux personnes qui choisissent de rester dans leur domicile un soutien financier intéressant, par exemple, sous forme de versement d'un montant par mois afin de subvenir aux coûts engendrés pour des travaux qu'ils n'ont plus la capacité de réaliser. 

Nous souhaitons vivement une grande réflexion de la part de nos paliers de gouvernement afin de trouver une solution à l'exode de nos aînés vers des résidences privées afin de laisser le choix à nos aînés de demeurer dans leur communauté le plus longtemps possible si tel est leur désir.

Un couple de 76 et 80 ans.

Nicole Ste-Marie

 

Excellent article. On y décrit la situation des personnes âgées d`alors  qui pouvaient demeurer à la maison..  La société d`alors le permettait..

L`ex-ministre de la Santé, Claude Castonguay y est allé de sa solution il y a quelque4s semaines et il faudra y penser très sérieusement...

 Est- il permis d`en espérer????

«Potvin Jacques, médecin retraité,psychiatre,gériatre.

 

Wow je vous appuie à 100% et je vais transférer le tout à mon père de 85 ans et ma mère de 74 ans qui sont justement à finaliser leur vente de maison à Repentigny... Trop d'entretien! Et c'est pas qu'ils n'ont pas les moyens de faire à faire avec des professionnels... Bref on trouvé un condo à louer, un  5 1/2 avec ascenseur... Justement par prévention! 

Les gens qui désirent rester chez eux demeurent souvent dans une location  avec des escaliers... Il faut absolument que les nouvelles normes de construction soient avec ascenseur si cela n'est pas déjà fait!

Partager son loyer avec un étudiant ou une étudiante comme dans certains pays serait une autre façon de soulager aussi le portefeuille de nos aînés en combinant une présence rassurante avec de l'aide à domicile contre un échange d'un loyer moins dispendieux.

Ceci dit ce volet m'a toujours interpellée personnellement!

Et que dire des maisons bigénération avec chacun son intimité... mais avec l'aide à domicile disponible!

Avoir une "sentinelle" dans le voisinage de la personne aînée serait un plus... L'entraide dans le voisinage tout en respectant l'intimité de la personne et son autonomie.

Bonne chance dans ce beau projet de société car je crois que tous et toutes désirent la même chose... avoir LE choix:  Rester avec tout l'aide nécessaire et accessible monétairement ou quitter si cela est leur choix malgré tout. Mais au moins, ils auront le choix.

Nathalie Langlois

 

La situation sanitaire es dernières semaines devrait  convaincre nos élus que l'on est beaucoup plus en sécurité chez soi que dans une résidence ou un milieu de soins abritant beaucoup de personnes âgées, donc plus vulnérables.

Le service à domicile m'a permis d'éviter de me rendre à un centre de prélèvement surpeuplé, mais maintenant ce service est terminé pour moi... Ça peut paraître une petite perte à des yeux jeunes; à 85 ans,  alors que nous avons été confiné depuis 3 mois parce que "nous sommes vulnérables" ça demande de changer de paradigme vite

Denise Lalancette

 

Je vous appuie sans conditions.  En 2001, j'ai vu mourir ma mère dans un CHSLD et ce que j'aurais à dire n'est pas édifiant... en 2019, j'ai vu mourir un de mes frères dans un CHSLD et ce que j'aurais à dire:  scandaleux!  J'ai fait jurer à mes enfants de ne jamais m'envoyer dans un CHSLD mais  plutôt mourir paisiblement, chez moi, entourée de mes enfants et petits-enfants et non abandonnée comme certains de nos aîné(e)s.  J'ai tellement pleuré...  Bon courage à nous qui approchons à grands pas pour vivre cette situation... À LA MAISON!

Louise Trépanier

 

Présentement dans une résidence autonome pour personnes de 55 et plus, je suis très heureuse. 

Pour avoir visité des personnes en SHSLD, éviter ces endroits le plus possible est le mot d'ordre.

Espérons de grands changements sous peu pour le vieillissement de meilleure qualité.

Monique Couturier

15 juin

On se sent plus en sécurité dans sa maison entourés de ses enfant et petit enfants avec les services de sa communauté. Il est plus facile de se réunir pour les repas d'anniversaires à la maison. La vie autonome à domicile avec des services de soutien retarde l’aggravation de la perte d’autonomie. C'est ce que je souhaite de tout mon coeur pour la fin de mes jours.
Michel Perrier

More help for families would permit us to have our parents at home when they have special needs.
Gillian Greig

 

Je suis totalement en accord avec le fait qu’il faut investir dans les soins à domicile,. Il faut garder les personnes  âgées à domicile le plus longtemps possible.

Micheline Lusignan

 

Je pense que nous (les ainé es ) nous méritons de vivre notre vie jusqu à la fin dans nos foyers avec de l aide pour nos besoins ESSENTIELS.

Lise Gaudet

 

Je crois sincèrement qu'une telle demande s'impose d'elle-même. Il est évident que les personnes âgées, de façon volontaire ou non, de la part des gouvernements, ont été mis de côté ou sinon ignoré dans leur réalité de tous les jours. 

Je crois que depuis longtemps il n'y a qu'un semblant de respect pour les personnes  âgées ainsi que des contextes de vie où on les oblige à vivre.

Il en est de même pour les personnes qui s'en occupent. Encore là, la façon dont on les traite  est loin de nous montrer qu'il y a un véritable souci de faire en sorte que le contexte de travail favorise un véritable épanouissement de ces personnes  dans le travail qu'elles ont à accomplir., 

Les gouvernements doivent nous prouver par des actions concrètes que les belles pensées et les belles promesses ne sont pas que de simples paroles qui passeront comme bien d'autres que l'on a déjà déjà entendues.

claude verener

 

Cette démarche est essentielle.

Il ne faudrait pas mettre uniquement les efforts sur les CHSLD.

Il faudra très bientôt penser au redéploiement du personnel requis suite à une formation de qualité.

Bravo pour cette initiative

Gilles Lemelin

 

Bonjour, je soutiens entièrement votre initiative qui je l'espère portera fruits. J'ai 72 ans, mes enfants et petits-enfants sont à 200km et 500km dont impossible de compter sur eux. Je vis seule et juste une semaine avant le confinement, j'ai expérimenté la difficulté d'être malade quand on est seule. Je souffrais d'une gastrite sévère (avec vomissements et diarrhée au 30 minutes...) alors que je ne connais pas ça : ma deuxième à vie. Hors personne ne veut contracter la gastrite ni le coronavirus. Je n'avais personne pour m'aider et idem les premières semaines de confinement face à l'épicerie car mes amis même nombreux ont autour de mon âge. Il a fallu que j'aille moi-même (le samedi soir) puisque je ne connais personne qui puisse m'aider. Alors, oui le(s) soutien(s) à domicile et in extremis ailleurs. Je souhaite moi aussi demeurer et mourir ici mais une toute petite maladie m'a mise à terre pour une semaine alors que si j'avais eu une personne pour m'aider, la remise en forme aurait été moins longue et moins pénible. Je me suis sentie vraiment seule et impuissante. Je connais d'autres personnes qui comme moi n'ont pas de recours quand elles sont malades car elles vivent seules. Comme si c'était une calamité. Poussons et insistons pour que nos dirigeants et autres paliers gouvernementaux apprennent à compter et à mettre les priorités au bon endroit. Merci de me lire. Merci encore pour ce projet de société qui presse.

Muriel Grenon

 

Tout à fait d'accord. Nous possédons un pouvoir politique ignorer. Quand allons-nous prendre notre place... Nous pouvons être plus que des victimes. (Tant que la vie nous appartient).

Denis Desfossés

 

Excellente analyse en souhaitant que le gouvernement investisse plus dans les services et soins à domicile que dans le béton, soit l’hébergement.

Serge Leduc

 

L’intensification des soins à domicile est vraiment la voie à suivre et, cela, dès maintenant. De plus, il y a moyen d’instaurer un vrai régime d’assurance ‘ soins de longue durée ‘, dont le coût peut être prévu de façon assez juste.Ainsi, les gens pourraient souscrire çe genre de protection dont la prime serait établie selon l’âge du souscripteur.

Bravo à Pauline et Irène

Raymond Veilleux

 

J'ai 75 ans, ce dont je rêve  dans un futur où je manquerai d'autonomie, c'est d'avoir à mon service un employé subventionné qui pourrait faire les travaux d'entretien de ma propriété : tondre le gazon, déblayer les perrons, faire le ménage, cuisiner, réparer des choses, vider les gouttières, m'assister dans mes déplacements, etc. 

Bref une personne à tout faire, mais toujours la même personne afin de créer des liens. 

 Il y a tellement de chômage ne serait-ce pas un bon travail ? On pourrait l'appeler une aide domestique. L'avenir n'est-elle pas faite de rêves ? 

Voilà mon rêve pour les personnes âgées qui ont bâti le Québec.

MoniqueTurcotte

 

Bonjour

Je suis d'accord avec votre intervention concernant le maintien à domicile  (Vieillir chez moi ,c'est gagnant).

Je crois que les maisons pour ainées sont de belles infrastructures qui coûteront une fortune au Gouvernement 

ce n'est pas ce qui est urgent pour le moment.Il serait important de rénover et de réorganiser les CHSLDs  et même 

D'abolir les résidences privées dont certains propriétaires s'en mettent plein les poches et ne donnent pas les soins nécessaires

aux personnes malades et non autonomes . C'est épouvantable de traiter des êtres humains de cette façon ( même pas les soins de bases)

Alors ! Oui  Il faut rester dans nos maisons avec de l'aide approprié  le plus longtemps possible

Pauline Charland Harrison

 

Micheline Corbeil

 

D’accord, à domicile il n’y a pas de frais de big building et autres. Des infirmières itinérantes sont désirées

Claude filion

 

Oui, ce serait formidable de finir nos jours à la maison, mais avec des soins accessibles et qui ne coûtent pas une fortune!

Anne-Marie Poisson & Jean Horvàth

 

Bonjour,

Suite à la lecture « vieillir  chez moi », je suis entièrement d’accord avec votre vision.  Maintenant à la retraite, âgée de 65 ans, et ce après avoir oeuvré sur le marché du travail depuis l’âge de 18 ans, j’ai pu réalisé et peut parler en connaissance de cause que lorsque j’ai été aidant naturel 

(4 années) pour maman aujourd’hui décédée, les services à domicile reçues tels que l’infirmière, le médecin gériatrique me rendaient les tâches plus aisées car c’est ce personnel qui venait à la maison. 

Ayant vécu toutes sortes de situations dans les hôpitaux à l’urgence, les déplacements de maman devenaient de plus en plus difficiles pour elle et moi-même! J’en garde un souvenir malheureux de cette épisode mais c’est chose du passé!  

Je pourrais vous en dire plus mais je m’arrête là!

Nos gouvernements devraient s’orienter vers l’expérience vécue des aidants naturels et des intervenants dans le milieu gériatrique comme vous qui sont les mieux placés pour les besoins de soutien que ce soit en évaluation physique (exercices)  en conseils sur l’alimentation pour ne nommer que ceux-ci.

Je vous dis que c’est une très belle initiative de vous faire connaître et j’espère que la voix du peuple comme nous ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd!

Comme l’expression qui dit :  il n’y a pas plus sourd que quelqu’un qui ne veut entendre!

Merci sincère!

Johanne Roussel, une malentendante

 

Bonjour, J'étais chargée du projet Pensez plus tôt à plus tard mené par l'AQDR Sherbrooke. Un des cinq thèmes est Mon chez-moi demain et nous encourageons les personnes à demeurer le plus longtemps possible à la maison. Nous avons aussi tourné une série de six émissions à MAtv Sherbrooke dont deux thèmes touchent la question du vieillir chez moi : Mon chez-moi demain (https://www.youtube.com/watch?v=tAlgux93K7k) et Mon chez-moi sécuritaire (https://www.youtube.com/watch?v=m0ityOfUb0Y). 

Pour l'ensemble des thèmes qui visent de vieillir en qualité de vie, le site https://www.pensezplustot.org/

Nous allons mener une deuxième série d'émissions à MAtv à l'hiver 2020. Il serait intéressant de vous y recevoir. Au plaisir d'échanger avec vous mesdames et félicitations pour votre initiative. 

Marie Toupin

 

D,accord avec votre vision du vieillissement chez soi;. Cependant,le problème sera toujours le même. et s,accentuera au fur et à mesure que la population vieillit:

Aide, recrutement  et coûts des opérations.

Notre société est-elle prête à sacrifier une grande partie de ses revenus à offrir des soins optimaux à ses vieux?

Je le souhaite, mais j,en doute.

Nicole Camirand

 

je partage en grande partie cèdes réflexions et demandes

cécile vermette

 

l'assurance-autonomie était une excellente idée

ca fait quinze ans au moins qu'on crie dans le désert

les groupes communautaires qui font une partie du travail pourraient au moins être financés convenablement

claude quintin

 

Je suis très heureuse  de pouvoir faire entendre ma voix et celle de mon conjoint pour dire haut et fort que nous avons besoin que le 

gouvernement s'occupe de nous.

C'est aussi notre désir de demeurer ensemble dans notre logis le plus longtemps possible.

Pour cela ,nous devons avoir accès à des services à domicile quand  le besoin se fera pressant.

Ces services doivent être de qualité et ils doivent protéger notre dignité.

Raymond Bussière

 

Je suis une personne de 84 ans, je vis à Sherbrooke et j’aimerais continuer à vivre dans ma maison. Je suis partante pour votre beau projet. C’est absolument nécessaire quand on voit tout ce qui s’est passé dernièrement dans les CHSLD.

Je partagerai votre site à toutes les personnes que je connais. Et si parfois, vous avez besoin de bénévoles et si je peux vous venir en aide de quelques façons, vous me le dites.

Je vous laisse mon nom ainsi que mon numéro de téléphone: 819-346-7701 , je suis Monique Lapointe, retraitée de l’Université de Sherbrooke.

Je vous souhaite toute la chance possible et bravo pour ce beau projet.

Monique Lapointe

Sherbrooke

 

Mesdames Gervais et Désilets

BRAVO pour votre initiative et surtout pour remettre sur le métier cette vaste réforme entreprise, mais jamais achevée et qui a subi les contrecoups de la réforme des structures de gouvernance des dernières années. 

Je partage entièrement votre vision et suis spécialement concerné comme septuagénaire vivant à domicile. Je vous partage ci-dessous quelques réflexions :

Je sais les multiples efforts qui ont été consentis dans les années 1990 et 2000 pour accroitre l’offre de services pour le soutien à domicile.

Malheureusement comme pour bien d’autres réformes entreprises, elle n’a jamais été menée à son terme. Alors que le virage ambulatoire a mobilisé une partie des ressources disponibles, l’instauration de mesures d’austérité financière a achevé,  dans la décennie 2010, d’éroder le niveau de l’offre de services de soutien à domicile à long terme pour les clientèles en perte d’autonomie.

Dans un contexte où les besoins allaient croissant, les allocations financières, elles, allaient en diminuant.  

Qu’est-ce que l’État québécois n’a pas encore compris ou ne peut pas comprendre? Pourtant, celui-ci s’était fait le promoteur de Politiques en faveur du maintien à domicile. («Vivre chez soi : le premier choix» en 2004 ; «Vieillir et vivre ensemble» en 2012). On ne parle pas d’un gouvernement étranger, mais bel et bien du nôtre!

Les méfaits récents de la pandémie remettent en cause à la fois l’organisation actuelle des services et spécialement le niveau de risque et la fragilité des milieux de type «résidence collective» comme le démontre le nombre significatif de décès survenus dans ces milieux de vie. Oui, bien sûr,  des investissements s’imposent dans les CHSLD, établissements trop longtemps négligés.

Toutefois, cela ne doit nous faire perdre de vue la cible incontournable : le renforcement de l’offre de services et de soins à domicile et l’appui aux proche-aidants, destiné  à la majorité des personnes aînées qui vivent et veulent continuer à vivre à leur domicile. Ceci, en raison  des multiples avantages que le soutien à domicile comporte, tel que mentionné dans votre document fort éclairant «Vieillir chez moi, c’est gagnant»

Il ne suffit pas seulement de l’évoquer comme le «mentrat de ce qui serait souhaitable».  Encore faut-il que l’État québécois dresse un plan d’action conduisant à faire un virage résolu en matière de services et de soins à domicile avec la mise  en place d’un ensemble de mesures nécessaires à leur intensification et à sa décentralisation sur le territoire.

 Il y a un rattrapage à faire en accéléré. Ça presse!!!

André Brien, retraité ayant œuvré dans le réseau de la santé et des services sociaux

 

A qui de droit,

On mentionne souvent que les CHSLD,RPA,etc. sont des choix de société majoritairement répandus des citoyens du Québec.

Cependant que le premier choix naturel et exigé par les citoyens est bien celui des services et soins à domicile,

On peut donc en déduire que les choix pris à ce jour sont des choix politiques plus favorables au domaine privé sans égard 

à ce que la population exige depuis longtemps avec toujours une fin de non recevoir.

André Pellerin

 

Mes parents ont vécu dans leur maison  jusqu'à 89  et 88 ans . Ils y étaient heureux mais ils avaient  besoin d'un peu d'aide déneigement et pelouse.  Cependant , depuis deux ans la santé de ma mère se dégradait physiquement au point de ne plus cuisiner et mon père fut diagnostiqué souffrant de la maladie d'Alzheimer. Par la suite, ils  vécurent quelques années dans une résidence privée avec soins et services . Malheureusement, mon père se retrouva dans un CHSLD il y a un an et demi où il fut emporté par la covid-19. 

Je suis partante pour vieillir  chez soi, mais aussi pour  que chacun puisse choisir quand il veut arrêter ses souffrances et quand il veut aller vivre dans un CHSLD autant que faire se peut.

Monique Dufour

 

Je suis en accord avec les propos précédents. Mon mari et moi sommes âgés de 72 ans tous les deux, nous sommes en bonne forme physique mais nous avons de la difficulté à recruter les ressources nécessaires à l’entretien de notre résidence selon les saisons. Cet irritant en est un qui nous a fait réfléchir à la possibilité de quitter notre résidence pour une RPA mais la pandémie nous a fait changer d’idée considérant le manque de liberté révélé durant cette période. Nous espérons par contre que nous aurons accès à divers services éventuellement pour que nous puissions demeurer dans notre domicile longtemps !

Mariette Poisson

 

J’endosse votre cause ( vieillir chez soi ). et notre gouvernement doit prendre les moyens pour y arriver..

LUCIE Laporte

 

Félicitations sincères pour cet excellent projet d'inciter davantage notre gouvernement à faire en sorte que nous puissions vieillir  et mourir dans notre maison .

Par maladie grave et perte d'autonomie,les CHLSD ont leurs raisons d'être :il se fait un meilleur travail depuis  quelques mois,la situation s'améliore et avec l'augmentation  de personnel qualifié, on va retrouver la joie de vivre dans ces établissements et pour le personnel et pour les résidents.

Mais ,on doit nous aider  à continuer de bien vivre dans nos demeures avec des services offerts.

Voilà pourquoi,je suis entièrement d'accord avec ce Pacte pour les aînés que nous sommes rendus.

Jean-Claude Cloutier,région de Victoriaville

 

bravo, vous êtes tellement inspirantes...

et votre plaidoyer est accompagné des pistes de solutions qui témoignent de votre grande expérience du réseau.

Nous sommes soeurs et frère(6) avec mon papa de 92 ans, les aidantes de  maman de 92 ans qui vit avec l’Alzheimer.

c’est pas parfait,  il y a encore beaucoup de petits bonheurs dans leur quotidien et, notre contribution  ne nous empêche pas de vivre intensément nos propres vies.

Il en sera autrement quand viendra notre propre perte d’autonomie car à l’inverse mon fils unique aurait (6) parents dans la  même situation à prendre soin.

Nous aurons besoin de prendre soin les uns des autres, compenser ensemble entre amies  nos manques et compter sur des services de la communauté FLEXIBLES pour répondre de façon personnalisée à  nos besoins.

oui, il faut repenser les services de soins à domicile pour continuer de vieillir chez nous.

nicole lafortune

 

Je veux pouvoir  vieillir chez moi entourée  des gens que j’aime.  Je veux pouvoir continuer de me sentir en sécurité dans ma maison. Je veux pouvoir continuer de jardiner et de voir pousser les arbres que j’ai planté. Je veux pouvoir  être en contact avec la nature, pouvoir sortir librement dehors et sentir le vent sur ma peau et humer l’herbe fraîchement coupée ou l’odeur des fleurs.

 J’ai besoin de me sentir utile si petite sera ma contribution en vieillissant je veux pouvoir l’offrir à ceux que j’aime, ne serait-ce qu’une oreille attentive.

 Pourquoi ne pas créer des quartiers de mini maisons regroupants des personnes seules ou en couples qui n’ont plus les moyens physiques ou monétaire d’entretenir leurs maisons. Chacun aurait sa demeure et  son petit coin de verdure avec des services à domicile pour les maintenir libres et heureux chez eux.  Une petite communauté d’ainés qui s’entraident et qui vivent dans un milieu inclusif où vivent des jeunes familles.  Les aînés ne veulent pas être déconnectés de la réalité et de leur milieu de vie.

 Oui en vieillissant on devient plus fragile et vulnérable mais si la société nous met à l’écart pour ces raisons  c’est le début de la fin pour nous.

Diane Roberge

 

Nous approuvons pleinement cette politique d’aide à domicile pour les personnes âgées, aussi longtemps que possible. Tellement plus humain.

Denis Dufresne

 

Bonjour,

Étant moi-même travailleuse dans une RPA, ce que j’entends est tout à fait en accord avec votre souhait de garder les aînés dans leur maison et milieu de vie le plus longtemps possible.  C’est ce que la plupart des personnes me disent et souhaitent par rapport à cette situation.

Ils me disent tous et toutes: « reste chez toi le plus longtemps possible »

Voilà mon opinion et je vous souhaite, à toutes les deux, d’avoir l’appui nécessaire pour arriver à réaliser ce mandat!

On lâche pas et on y arrivera!

Martine Champigny

 

J'appuie vieillir chez moi c'est gagnant, je suis du Saguenay je trouve que c'est une excellente solution et je suis inquiète de me retrouver dans une maison des aînés. Demeuré dans notre maison avec de l'aide est la solution gagnante merci de nous écouter

Suzon Gérard

 

paul.lessard

 

« De vieillards à mine d’or » comme le chante Ingrid St-Pierre. Il est temps que le Québec cesse de traiter ses aînés comme s’ils n’avaient pas de valeur. 

Très belle initiative!

Catherine Parent

 

Moi personnellement,je veux vivre chez moi jusqu'à la fin.Ne serait-il pas plus économique et humain d'apporter de l'aide directement chez eux.Dans plusieurs pays d'Europe,les personnes âgées reçoivent des soins médicaux,psychologiques .On constate aussi moins d'abandon de la part des enfants ou de la famille lorsque les aînés restent dans leur maison imprégnée de leur vie passée.Au lieu de penser à construire plus de centres(CHSLD) ou maison des aînés à un coût faramineux,examinons une fois pour toute l'alternative des soins à domicile complets tout en repensant et en encourageant les services et rémunération des aidants naturels.Nous en serions tous mieux servis.Une fin de vie propre à chacun!

France clement

 

Que cette demande soit entendue!

Renée Théorêt

 

J’ai 76 ans et mon vœu le plus sincère est de vieillir chez moi dans mon appartement. Avec des soins à domicile,je serai plus heureuse chez moi et confiante .J’aurai les soins appropriés . Au lieu de vivre dans une chambre ,je serai chez moi dans mon environnement.

,dans mon environnement,près des gens que j’aime .

Mireille Boucher

 

C’est mon désir le plus cher

Simard

 

j'ai ete impliquee plusieurs annees avec l'AFEAS et nous avons milite a l'epoque pour les services que vous sollicitez aujourd'hui. Les dossiers du VIRAGE AMBULATOIRE et du TRAVAIL INVISIBLE nous ont beaucoup occupees et de nombreuses demarches et rencontres avec le gouvernement ont eu lieu. Nous recoltons aujourd'hui le resultat de la passivite des autorites a remedier a des situations qui existaient depuis longtemps, au prix d'un nombre scandaleux et inacceptable de deces chez les aines, notre "memoire collective"....Il etait temps d'agir alors, il est encore temps d'agir aujourd'hui, et rapidement. Merci de leur donner une voix, merci au nom des aines et de ceux a venir !!!

Nicole Guillemet

 

Oui.

Jean-Charles CROMBEZ

Si vous souhaitez laisser un commentaire, vous pouvez le faire ici.

©2020 Vieillir chez moi, c’est gagnant !