Vos commentaires et appuis

reçus entre le 25 mai et le 19 juin 2020

Voir les nouveaux appuis depuis le 1er juillet.

19 juin

Dignity and autonomy (with some help) is of course prime. But it is also a no-brainer if you think that the cost of care at home is so much more affordable than in an institution

Sushil Handa

 

D’abord, félications à vous deux pour cette excellente analyse!

Je suis totalement en accord avec vos propos on ne peut plus judicieux dans la situation actuelle de la pandémie que nous vivons tous en ce moment à des degrés plus ou moins importants.

Si on me laissait le choix, il n’y a aucun doute que vieillir chez moi dans un environnement aimé et connu serait certainement ce que je souhaiterais le plus, à condition, bien sûr, que le soutien à domicile nous soit facilité.

Pour conclure, c’est une très belle initiative qui aurait dû être là depuis longtemps tant du point de vue humanitaire que financier.

Il faut vraiment que se produisent des changements profonds dans le système de santé actuel et que l’on s’oriente plutôt vers des objectifs semblables à ce qui se fait, par exemple, au Danemark ou dans d’autres pays du même genre où l’humanité semble davantage priorisée par rapport à ce que l’on peut voir chez nous, surtout dans nos CHSLD.

Bref, souhaitons nous à tous et à toutes le meilleur pour l’avenir de notre vieillesse!

Tout être humain mérite de vivre dans la dignité jusqu’à la fin.

Francine Tessier

 

Je suis biens d'accord pou augmenter le soutien à domicile .

Alain Benoit

 

J'appuie de tout coeur votre position en faveur d'un système qui privilégie d'abord  l'aide à domicile, pour les aînés dont l'état ne nécessite pas l'hébegement en chsld, d'autant plus que c'est ce qui correspond au désir des aînés autonomes ,bd'autant plus qu'il en coûteriait  beaucoup moins cher à l'État et que des modèles existent déjà ailleurs, dont on pourrait s'inspirer et adapter à nos besoins. Moins d'investissements dans le béton et plus dans la formation de personnel bien rémunéré et heureux d'apporter un support  adapté aux aînés désireux de se sentir libres de choisir le lieu où ils ont vraiment le désir de vivre dans leur milieu de vie naturel, chez eux.. Et j'en fait partie. Merci à vous de nous donner l'occasion de nous faire entendre  auprès de ceux qui ont le pouvoir de réorganiser le système actuel, qui n'a que trop montré ses limites, afin qu'à cette étape de notre vie, il y ait encore du plaisir à vivre, chez-soi. Merci de votre initiative, en espérant qu'elle soit entendue.

agathe crevier

 

Entièrement d’accord avec vous.

Il est temps de ramener les valeurs ancestrales. Ou la famille s’occupait de ses membres. Les générations ont besoin de partager le savoir et d’apprendre à chaque évolution de la race humaine. On a trop longtemps remis à la société la responsabilité de s’occuper de nos jeunes comme de nos vieux. Quand le cœur de filiation n’y est pas, c’est difficile de répondre adéquatement au besoin de chacun. Quand on est rendu à laisser mourir les personnes de faim par manque de personnel pour les aider à manger et laisser entendre à la famille que tout est beau (l’humanité laisse à désirer) 

Je suis proche aidante depuis 12 ans. Je vis dans notre maison avec mon mari et m’occupe de l’entretien intérieur et extérieur avec une énergie débordante qui me fait apprécier la vie et la chance qu’on a de vivre dans un bel environnement surtout par les temps qui cours. Nous avons 76 et 74 ans. Merci la vie 

Jeanne et Gilles

 

Après avoir lu plusieurs des commentaires mais tous puisqu’ils sont si nombreux, je souscris entièrement à votre mouvement. Permettez que je propose de: 1. Rejoindre les MADA pour unifier nos forces et stratégies pour faire bouger nos gouvernements - 2: prévoir demander l’assouplissement des critères pour obtenir des services à domicile (pas attendre d’être complètement non autonome) - 3. Penser services de soutien pour travaux extérieurs (ce qui oblige souvent à quitter sa maison, simplement pcq incapacité pour ces petits travaux).

Merci pour votre formidable initiative

Lise Belleau Nantel

 

oui je suis d accord avec les ressources ont devrait pouvoir tous veillir chez soi.

préscile cusson

 

L'aide aux personnes âgées devrait être ajustée à leurs besoins afin de leur permettre de finir leurs jours dans la paix et la dignité, selon leur rythme de vie, à domicile selon leur décision.

Denise Wilson

 

Francine David

 

Je me joins à votre voix à votre désir de garder les personnes âgées à domicile le plus longtemps possible. Moi même âgées des 73 ans je le souhaite ardemment.

Bravo pour vos démarches qui peuvent faire avancer le projet.

Francine Lavallée

 

J’ai 67 ans, et suite à tout ce qui s’est passé dernièrement et qui se poursuit encore aujourd’hui, je me sens interpellée par le « vieillir chez moi » plutôt que dans une résidence pour aînées.

Je travaille à mi-temps comme professeure de yoga auprès des aînés(es) et je constate plus que jamais nos besoins de bouger de manière sécuritaire ET agréable, l’importance d’entrer en contact avec son intériorité par la respiration et autres « techniques »  si bénéfiques pour une « qualité de vieillir ». 

C’est animée par mon vécu et mon désir d’aider que je communique avec vous. Je vous offre mes services pour aider de la façon qui vous conviendra le mieux. Je demeure sur la Rive-Sud de Montréal et mon no. de tél. (514)247-5601.

France Lefebvre

 

I would like to add another consideration. Individuals who are anglophone or allophone will be better served staying in their homes as long as possible. Even a modest amount of assistance can keep people in their homes where they are comfortable and can be helped by friends and family members. In addition, if we build to house and care for the Boomer generation, once it passes through through the system we will be left with the bricks and mortar. Maximum care in the home is much more flexible.

Anne Johnston

 

je souhaite vivement rester chez moi jusqu’à la fin de mes jours grâce l’aide à domicile.

huguette de leeuw, 82 ans

 

Il est plus que temps, primordial et rentable économiquement d'investir dans le maintien à domicile pour les aînés du Québec.

J'appuie fermement toute démarche en ce sens.

Louiselle Giroux

18 juin

Excellente initiative je vous appuis a 100%

Bernadette Farley

Bravo pour votre incitative. Je partage tout à fait le fond de vos observation ainsi que votre démarche positive.Je fais circuler.Salutations et souhaitons-nous, qu’on nous entende et qu’on procède!

Pierre-Émile Taillon

Exactement ce que je voudrais.

Merci

Madeleine Martel

 

Ginette Lussier

 

Parfaitement d’accord .

Normand Poirier

 

Vous avez entièrement raison. A nous de faire pression.

Suzanne couet

Que chacun et chacune restent à leur domicile, si souhaitée et qu’une personne proche apporte un soutien. Le confinement nous a fait réaliser le soutien de la famille. Chaque personne doit prendre sa santé en main, surveiller son alimentation, son poids, faire de l’exercice, apporter du soutien aux proches.  Développer de l’empathie et apprendre à se mêler de ses affaires.

Nicole Parent

 

Je ne vois autre façon de faire 

Et pour tout ce que vous faites 

Je vous remercies humblement 

LucieLafontaine

 

Sylvie Locat

 

Mesdames,

Tout à fait d'accord avec vos propos.  Je souhaiterais pouvoir aider cette cause.  Merci de me ternir au courant des gestes que je pourrais poser ou de l'aide que je pourrais apporter.

Danielle Lacombe

 

Tout à fait d’accord avec tous ces propos.

Camille Trudeau

 

Entièrement d 'accord

Coutureevelyne

 

Les personnes qui n'ont pas besoin de soins médicaux très spéciaux,  qui sont heureuses dans"leurs affaires", devraient absolument avoir la possibilité de  choisir de rester à la maison,  dans leur maison ou appartement.

C'est certain qu'il faudrait alors que le système de santé s'adapte mais cela vaut la peine pour s'assurer de garder nos aînés en santé et heureux.

Ginette Brière

 

Le temps est venu que celles et ceux qui vieillissent au Québec prennent en main leur futur. Nous savons tous que nous souhaitons vieillir chez nous, en lien avec notre famille et notre communauté. Une conséquence logique des valeurs que cette génération a toujours prônées.

Ce virage sera politique et économique.

Mme Stéphane Leclerc et moi sommes entrés en contact avec notre député pour lui faire part de nos préoccupations, de nos désirs et de nos volontés. Dans notre cas, il s'agit de M. Jolin-Barrette dont l'écoute a été attentive. Je pense que celles et ceux qui le veulent et le peuvent devraient en faire autant. Il faut informer les députés et ministres du consensus que nous constatons.

Pierre Curzi

 

Bonjour,

J'ai entendu parler de votre initiative à Tout un matin aujourd'hui. Je suis la mère d'un enfant handicapé et je me tiens informée des conditions de vie actuelles des personnes vulnérables, à l'idée de l'avenir qui attend mon fils : en CHSLD peut-être, à 35 ans ? alors qu'il a toute sa tête mais pas tous ses muscles. Connaissez vous Coop Assist ? C'est une initiative soeur de la vôtre, qui émane de personnes handicapées qui se battent depuis des années pour faire connaître leur proposition : une coopérative de services personnels (i.e.  la personne bénéficiaire aurait toute la latitude d'embaucher du personnel de soutien selon ses besoins réels) qui est pensée sur des modèles existants déjà en Scandinavie. Ils ont rencontré des Ministres cette année, avec l'espoir d'obtenir du soutien sous forme d'un projet pilote et cela a été refusé. À ma connaissance, le projet est sérieux et bien structuré. Je crois que le timing serait parfait pour unir vos forces communes et permettre à cette solution innovante de prendre son envol. J'ai déjà envoyé le lien de votre entrevue à Jonathan Marchand, le directeur de Coop Assist, qui vit présentement et depuis des années en CHSLD contre sa volonté.

Une maman pleine d'espoir pour son enfant... mais aussi pour ses parents vieillissants !

Merci, Isabelle Binet

Isabelle Binet-Rochette

 

Excellente initiative! Je vous appuie à 100% avec ce projet!

Émile Martel

 

Vieillir chez soi, dans sa maison ou son logement, avec de l'aide pour accomplir certaines tâches. Quoi de plus naturel? Vieillir dans son quartier, entourée de voisins qu'on connaît,  et continuer de faire ses courses si on en est capable, en restant autonome le plus longtemps possible. Vivre normalement quoi! Quoi de plus légitime! Et si en plus, le gouvernement n'avait pas à payer 80000$ par personne  pour nous garder heureux chez nous. Bien sûr, on ne peut pas être contre des maisons pour aînés à échelle  humaine mais la majorité des personnes âgées pourraient rester chez elles si les services dont elles ont besoin étaient adéquats! Il est temps d'agir en ce sens!

Claire Saint-Georges

 

philippe brunet

 

Je vous appuie à 100%. Il est temps que nos gouvernements favorisent les conditions afin de rester le plus longtemps possible chez soi. Cela serait moins coûteux que de construire des CHSLD.

Gisèle brion

 

Très beau projet! Et bravo pour cette brillante initiative! 

 

Il est grand temps que l’on développe, au Québec, une approche plus généreuse et respectueuse de la vieillesse. Et urgent et primordial que les personnes âgées retrouvent leur dignité et leur plein droit de vivre et d’agir au sein de la communauté. Tous et toutes, autant que nous sommes, ne pourrions qu’en bénéficier. 

Ras-le-bol des perceptions bureaucratiques ou mercantiles! L’être humain ne se réduit pas à un simple document dans un classeur poussiéreux, ni à une marchandise dont on peut tirer profit. Replaçons l’être humain au centre de nos préoccupations, tout comme la Nature dont il fait partie, et notre monde ne s’en portera que mieux!

J’ai pris connaissance avec attention et grand plaisir de votre démarche. Et je suis entièrement d’accord avec l’ensemble des éléments de la proposition que vous énoncez sur votre site web. Cette proposition se rapproche, sous certains aspects, de pratiques plus humaines, respectueuses et conviviales développées dans les pays scandinaves. 

J’ajouterais simplement ceci : Dans un tel projet, inspirons-nous des meilleures pratiques à l’oeuvre actuellement dans différents pays et soyons créatifs! Bâtissons quelque chose qui réponde véritablement à nos besoins et corresponde à notre culture et notre réalité.

Nous en sommes parfaitement capables!

Jean Tessier

 

Je me déplace en fauteuil roulant, suite à une agression armée... Je n'ai que 63 ans, et comme je me déplace avec difficultés, il y a plein de taches que je ne peux plus faire.  Surtout à l'extérieure de la maison, j'aimerais bien que mon copain puisse avoir un Visa Visiteur, afin de venir me prêter mains fortes... Si tout va bien entre nous, on va apprendre à vivre ensemble, il aimerait obtenir sa Citoyenneté Canadienne, et demeurer au Canada.  Il est jeune et en parfaite santé, un bon travailleur, qui adore l'agriculture, rêve de se construire une petite ferme et de prendre soin de moi en même temps...  Déjà on m'a dit que l'idée d'être placée en CHSLD, a été évoquée.... Comme je suis malheureuse, j'ai toute ma tête, je ne me vois vraiment pas en CHSLD... Je dédire demeurer et vieillir chez Moi, si le Gouvernement veut bien accepter celui qui est prêt à venir prendre soin de moi, m'aider et travailler dans la Communauté...   Merci de me soutenir dans ma cause... Amitiés..  Marie-Hélène Laroche

Marie-Hélène Laroche

 

Excellente demarche il faut s occuper de nous

Francine martin

 

Les solutions pour le « vieillir chez moi » existent et ont déjà fait leurs preuves(services à domicile dans les CLSC) à une certaine époque pas très lointaine!

Pourquoi, alors , ne pas se servir de notre « poids démographique » grandissant, avec surtout le pouvoir d’influence énorme qui en découle, pour faire valoir nos droits, exprimer nos besoins, nos attentes dans la perspective d’une traversée digne de l’étape ultime de notre vie?

Il est plus que temps de nous faire entendre et de réclamer haut et fort des changements qui s’imposent pour que nous puissions vivre chez soi en toute sécurité.

Nous appuyons l’idée d’unir nos forces avec des organismes et associations qui se portent à la défense des droits des aînés et qui regroupent déjà des milliers d’adhérents pour faire en sorte de sensibiliser et conscientiser nos décideurs face à nos demandes légitimes  de vieillir  chez soi le plus longtemps possible. Ceux-ci ont déjà en main de nombreux rapports, enquêtes et recommandations etc. et nous les pressons de faire en sorte qu’elles s’actualisent pour le bien vivre des aînés, le tout dans le respect du Bien commun parce qu’il a été maintes fois démontré  que les soins à domicile diminuent les coûts collectifs reliés au vieillissement. Nous assurerons ainsi la sauvegarde de l’avenir des générations futures.

Louise Bonin Nicole Racine

 

Enfin, vous rejoignez ce que je pense depuis quelques années.  On voit bien qu'avec les années c'est difficile de rester chez soi si on n'a pas d'aide et de soutien de l'extérieur. On veut tous demeurer dans notre milieu, dans notre maison mais les capacités physiques ne suivent pas .... pour entretenir notre chez-soi et avec les problèmes de santé qui se font de plus en plus importants, cela devient source de stress .

Sylviane Larose

 

Oui, un initiative à suivre sans hésiter.  Les "mouroirs" sont vraiment trop bien établis, malheureusement.  Pourquoi ne pas suivre l'exemple des meilleurs, pour une fois.  Sans compter, qu'au final, la facture pourrait être drôlement plus intéressante tant financière que sociale.

Joanne Gaucher

 

Il est plus que temps de faire la promotion concrète des services de soins à domicile! Alors que beaucoup d’énergie et de ressources sont drainées depuis une dizaine d’années pour réinventer la roue de l’aide médicale à mourir, les soins à domicile ne sont toujours pas à la hauteur des besoins de ceux, nombreux, qui veulent tout simplement VIVRE, chez eux, le plus longtemps possible. Soyons cohérents avec nos valeurs et donnons une chance ÉGALE à tous de vieillir chez soi!

Dominique Paquette

 

Je suis veuve depuis plus de 20 ans et je participe à plusieurs organismes à but non-lucratifs en tant que secrétaire.  Je m'occupe de mon ménage, de mon jardin, d'une partie du pelletage de la neige et je conduis mon auto avec grande joie.

Je suis propriétaire d'une petite maison sur le bord d'un lac et je me baigne l'été surtout tôt le matin.

Je me peux pas penser d'aller vivre dans une résidence pour personnes âgées malgré que j'ai déjà 80 ans.  Je rejoins mes ami(e)s par courriel de ce  temps-ci ou par téléphone et je ne m'ennuie pas parce que j'aime bien lire.

Les soins à domicile sont un bienfaits pour les personnes et auss pour les gouvernements car ils sont moins couteux que les places en Chsld ou autres et ils font un plus grand bien aux gens qui veulent absolument demeurer chez eux le plus longtemps possible.

Il faut que les gouvernements se réveillent et garantissent les sommes nécessaires pour que ces services soient disponibles pour tous ceux qui en ont besoin.

Francine Brault

 

Nicole Sophie Viau

 

Je souscrit largement à l'aide au maintien à domicile. Il en coutera moin cher à l'état ainsi  et les services seront surement de meilleur qualité que ce que nous venons de voir....

Roland Leguerrier

 

Je suis tout à fait d’accord avec les mesures proposées par ces deux femmes. Je crois qu’il est nettement préférable d’augmenter  les soins à domicile pour les personnes âgées et de faciliter la prise en charge à domicile qui est, à l’heure actuelle, trop longue, telle qu’expliquée dans cet article. On doit faciliter  l’accès aux services et rendre la démarche souple et efficace, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Rachel Malo

 

J’appuie fortement la démarche pour avoir des soins à domicile avec efficacité et rapidité.

Ginette Granger

 

Très belle initiative . Je connais des personnes âgées ( 92 ans ) qui  sont á la maison et qui vivent bien leur vieillesse . Ma mère décédée à 93 ans habitait seule dans son appartement . Avec de l'aide pour les courses et le ménage elle se débrouillait . Lorsqu'elle a su qu'elle devait aller en maison de retraite elle est est décédée 3 jours avant son entrée . Façon pour elle de refuser ce changement de vie.

J'ai 76 ans et je veux vivre dans ma maison avec mon conjoint jusqu'à la fin.

Louise Duhamel

 

Entièrement d’accord avec le texte que je viens de lire, je suis moi-même tout près de 75 ans,  et jamais je ne mettrai les pieds dans un CHSLD quitte à faire ce qu’il faudra avant d’être obligée d’en arriver là.  Thérèse

Thérèse Bouchard

 

La qualité de vie est indéniablement supérieure à domicile. Hétérogène dans son ensemble, la société doit être un reflet des générations. Il n'est pas normal de regrouper les personnes âgées et de les isoler de la dynamique des plus jeunes qui, eux aussi, doivent pouvoir interagir avec leurs aînés autant pour bénéficier de leur sagesse et de leur bienveillance ainsi que de leur propension à vouloir contribuer au développement de la société ou au bien-être de la famille que pour les aider dans leur vulnérabilité. Ce mélange rend la société plus humaine et chacun y trouve son compte. Les services publics doivent  absolument se doter d'une politique efficace de soins à domicile pour répondre aux besoins des personnes en perte d'autonomie. Par ailleurs, il devrait y avoir des incitatifs financiers et autres pour promouvoir la construction d'habitations intergénérationnelles favorisant le regroupement des familles et facilitant l'entraide mutuelle entre les générations. Ce mouvement contribuerait sans aucun doute au développement d'une plus grande  sensibilité envers les parents et les grands parents présentement relégués aveuglément aux 'bons soins' de tiers inconnus. Bref, la société a besoin d'être repensée dans une logique de partage et de dynamique intergénérationnelle.

Martine Delsemme

17 juin

 

J'appuie tout à fait votre initiative et j'espère que le gouvernement sera à l'écoute de vos pistes de solution. Tout le monde y gagnerait.

Merci !

Michèle Morin

 

Bravo pour cette initiative! Il faut qu'on reçoive de l'aide financière et des services pour nous aider à rester dans notre maison et ainsi garder une autonomie qui fera que la vieillesse et la perte de nos capacités se fassent le plus tard possible. Je n'ai tellement pas hâte de me retrouver dépendante et incapable de m'occuper de l'entretien de ma maison. Je sais que dans les prochaines années, je devrai engager des gens pour m'aider. Pour l'instant, à 66 ans, je fais tout moi-même et ça me garde en forme. Quel plaisir, après une journée à travailler dans le jardin , les plate-bandes, de s'asseoir tranquille sur son balcon et de savourer un bon verre de vin. Autonomie et indépendance,le plus longtemps possible. 

Au gouvernement, je dis: S'il vous plaît, donnez-nous les services pour nous aider à rester chez soi et l'aide financière pour engager des gens pour nous aider lorsque nécessaire. C'est certain que le coût financier sera beaucoup moindre qu'en institution ou résidence et que notre qualité de vie n'en sera que meilleure.

Marielle Martineau

Excellente initiative ...Tout à fait d’accord...Il est temps que cette façon de faire soit mise en oeuvre au lieu de mettre tant d’argent pour construire d’autres  nouvelles maisons pour aînés qui vont encore multiplier les frais d’hébergement...etc

Constance Grenier

 

Bonjour ,

tout d’abord bravo Championnes , quelle belle initiative. Vos domaines d’expertise vous donnent la crédibilité pour porter ce dossier là où il se doit ! 

. J’ ai 61 ans , en pleine santé encore ... Je suis physio devenue osteo et arrêtée depuis la pandémie du au coté proximité de mon travail. Je suis devenue aide de service depuis avril , pandémie oblige . Je côtoie le système public , nouveau pour moi , rapidement cela m’a permis de comprendre beaucoup de lacunes dans le processus vécue moi-même pour ma mère , qui a l’âge 76 a été diagnostiquée Alzeimer, et 6 mois plus tard ai dû l’ institutionnalisée vu les services à domicile tellement presque nul ...maintenant 82 , elle y est toujours , et ça coûte une fortune aussi ... s’en va le patrimoine familial aussi . Les Sous de toute une vie s’en vont . C’est pas à négliger ce côté aussi. 

Alors oui au soutien à domicile !! oui aux services de proximité et oui au CHSLD lorsqu’il le faut mais à échelle humaine. Merci

Diane MarcAurele

 

C'est une excellente idée.  Je me suis toujours demandé pourquoi l'état ne priorise pas cette avenue.

Claire Tremblay

 

l hiver dernier je m etais dis.....si je n avais plus l aide pour deneiger mes 2 entrees ....je ne serai pas en securite ici   ..alors ....je  n aurai pas le choix ...je serai OBLIGEE OBLIGEE  d aller en residence....je viens d etre avisee q ue  je n aurai plus ce service  l hiver prochain.....du haut de mes 78 ans je ne suis pas capable de   pelletter                                   j avais déjà lu quelque part que     ..................beaucoup de personnes vont en residence .............a       cause de LA DIFFICULTE   DE TROUVER DES RESSOURCES POUR L ENTRETIEN  AUTOUR DE LA MAISON  * NEIGE  FEUILLES  TONDEUSE        c est incroyable de devoir quitter  la maison qu on habite depuis 42 ans tout bêtement pcq il n y a rien de planifie pour palier a ces exigences de la nature.......................................................................................oh il y a bien un centre d economie sociale subventionne qui  peux aider les personnes agees   pour le menage....  mais au niveau de l exterieur ..c est seulement pour les fenetres interieur   et EXTERIEUR                          juste un petit detail  qui fait basculer ma petite vie                      je ne suis pas la seule  personne agee  prise avec ce probleme    ................................pour deneiger les drive way  les compagnies se bousculent pour faire signer un contrat mais pas pour le pelletage               Mille fois bravo  pour votre initiative de vouloir changer les choses........avec notre Premier Ministre qui est un homme d action    .....

Danielle Tibbo

 

Quel beau réveil j'ai eu ce matin en entendant à Tout un Matin à Radio-Canada la merveilleuse Isabelle        parler de cette belle initiative. Comme un soulagement, enfin! Je suis 100% avec vous pour lancer ces cris du coeur : «Laissez-nous  et aidez-nous à vieillir chez nous, dans nos affaires, à notre rythme». Je suis convaincue que ces cris seront entendus et je vais faire ma part pour répandre cette information dans mon entourage et inciter les gens à signer cette pétition. 

   J'ai 76 ans, je vis seule en appartement, je suis en bonne santé pour le moment, je fais du sport et de la marche,  je cuisine, fais mon ménage  et fais faire des travaux plus difficiles comme du lavage de fenêtres par la coopérative d'aide domestique. et ma fille et son conjoint sont toujours présents quand il le faut.   J'ai de bonnes amies pour faire des sorties au cinéma, à des conférences, etc... J'aimerais que tout cela dure le plus longtemps possible mais je sais que inexorablement je perdrai un peu ou beaucoup d'autonomie.  

   Il y a une dizaine d'années, j'ai accompagnée ma mère dans sa vieillesse, elle vivait en France et qui a pu rester chez elle jusqu'à 94 ans dans sa maison avec jardin. Elle avait une petite retraite, était diabétique, bénéficiait de plusieurs sortes de subventions, pour recevoir de l'aide comme une aide-ménagère plusieurs fois par semaine, engagée par la municipalité, une infirmière venait tous les jours matin et soir lui faire sa piqure pour le diabète,  et la popote roulante. Elle défrayait une partie en fonction de ses revenus, i.e. peu. Une autre subvention lui permettait d'engager (en créant de l'emploi) un jardinier pour tondre la pelouse et tailler les haies. Voici un modèle à explorer parmi d'autres bien sûr. 

     je souhaite ardemment que le Gouvernement nous lise et comprenne que nous serons plus heureux et que  ça coûtera moins cher à la société de nous fournir des soins à domicile dignes de ce nom.

      C'est ainsi qu'on honorera et remerciera de la meilleure façon,  comme dit François Legault, « Les bâtisseurs du Québec» et nos enfants aussi en profiterons le temps venu. 

     On lâche pas, le mouvement est en marche!

Colette Daniel

 

Oui nous sommes d’accord de pouvoir vieillir chez sois et recevoir de l’aide afin des rester le plus longtemps dans nos maisons ou nos appartements, voilà ce que les ainés espèrent!...

Daniel Dufour et Josette Mari

 

Nous sommes un couple âgé de plus de 70 ans. Nous souhaitons demeurer dans notre résidence le plus longtemps possible.

Nous demandons donc au gouvernement d'offrir davantage de services de soutien à domicile dans la réorganisation des services aux personnes âgées.

Lise Savard et Michel Tremblay

 

Je veux demeurer chez-moi, le plus longtemps possible. J’aurais donc besoin que mon ordi soit relié à la pharmacie de mon choix et que le pharmacien puisse colliger les renseignements sur ma tension artérielle, mon rythme cardiaque et mon pouls; j’aurais besoin qu’un préposé (ou qu’un système informatisé) m’appelle tous les jours, pour savoir si tout va bien et que quelqu’un vienne me rendre visite dans les quelques heures qui suivent, si je vais moins bien; qu’un préposé effectue des prises de sang chez-moi, à tous les six mois; qu’on me livre des repas à domicile, si jamais je me débrouille, mais difficilement; que wu3lqu’un s’occupe de l’entretien. Évidemment, ce n’est pas toutes les personnes âgées qui auraient besoin de tous les services. Mais il serait important qu’ils soient disponibles. Ainsi, seules les personnes ne pouvant pas se laver ou s’occuper de ses besoins de base, iraient dans les maisons pour aînées.

Francine Davis

 

Oui, j'apprécierais énormément vieillir chez-moi avec le support des services requis pour faciliter ma fin de vie. C'est moins dispendieux pour l'état et beaucoup plus sécurisant pour les gens âgés de demeurer à l'endroit où ils ont vécu pendant des années. J'ai grand espoir que ce projet sera le nôtre pour les années à venir. Merci de me lire.

Yvon Aubut

 

C'est utopique de penser que nous vieillirons à la maison avec des soins fournit par qui? Il n'y en a pas de services à domicile. Le CLSC nous dit qu'il fournit de l'aide lorsque la personne agée a besoin d'aide et il n'y en a pas. Mon père a été en RPA il y a quelques mois et il n'a pas obtenu les services proposés. De plus aucun professionel ne communique entre eux. Le travailleut social de l'hôpital ne communique même pas avec le CLSC. Comment voulez vous qu'une personne agée qui a de la difficulté à entendre soit à l'aise d'avoir uin rendex-vous téléphonique avec un médecin. Pour finir il n'y a aucun support pour les proches aidants. Aucun répit.  Et que pensez-vous qu'il va arriver avec la personne vivant seule? Je pense que notre système de santé a un sérieux problème. 

Mon père s'est finalement retrouvé en CHSLD duranr plus d'un mois et il est décédé. Non pas de la covid. Son médecin n'a même pas pris la peine de s'informer si tout allait bien durant ce temps. Elle a vue mon frère il y a quelques jours pour lui demander des nouvelles de mon père et elle ne savait pas qu'il était décédé. Alors...système de santé défaillant...

Maryse Veillette

 

J’appuie à 100 % cette démarche. Ce serait tellement positif pour tous.

Ginette St-vincent

 

Je suis parfaitement d'accord de demeurer à mon domicile le plus longtemps possible.  Pour réaliser cet accord,il faut que le gouvernement étudie cette possibilité. En 20020, il faut décentraliser le système de santé.

Albert Cuillerier

 

Félicitations !

Créer ce site est génial ...

Il est plus que temps que ça change pour le meilleur.

Nicole Arpin

 

Bonjour Mme Désilets et Mme Gervais,

Que de joie à écouter ce matin à mon lever et d'écouter la capsule de Isabelle Craig à la radio de radio Canada. Cela part bien une journée de se rendre compte qu'il y a toujours des gens dans notre société soucieux d'améliorer la condition de vie des nôtres et surtout des plus vulnérables.

Tout comme vous, je me suis demandé fort longtemps et j'ai même posé la question à certains députés et ministre, pourquoi il n'y a pas une ouverture vis-à-vis un service plus prononcé pour nos aînées qui désirent demeurer chez-eux. Tout comme vous l'énoncez dans vos propos, il y aurait toute une économie à faire  vis-à-vis les soins de santé. Alors, je ne saisis pas non plus pourquoi cet retenu par nos autorités gouvernementales ! Mystère, boule de gomme.

Dieu merci, ma mère a pu vivre dans sa maison jusqu'à l'âge de 85 ans mais à cause de son opération au cœur, les 3 dernières années, elle les a vécu à l'hôpital et au foyer dans la ville de Coaticook. Nous avons été très satisfait des deux endroits et du respect qu'il portait au bien être de notre mère. Surtout que mes parents étaient d'origine hollandaise, je suis très reconnaissant envers ces deux endroits qui ont bien jouer leur rôle de protéger nos personnes vulnérables.

Vu que j'étais toujours en contact avec la famille au Pays-Bas, j'étais au courant depuis fort longtemps que ce service à nos personnes âgées était beaucoup mieux organisé qu'ici. Je crois que nous aurions avantage de les rencontrer et de mieux connaître leur système qui en place. Comme vous le mentionniez, nous voulons  être une société avant-gardiste alors nous avons beaucoup de travail à ce niveau pour arriver justement à ce niveau désiré.

Je crois que le Covid-19 a ouvert les yeux à notre premier ministre du Québec et j'ai confiance que lui et Mme Blais mettront en place des balises pour faciliter ce changement tant souhaité depuis des années. Le temps est à l'action et le moment est propice car la crise a comme secoué nos politiciens et notre peuple. Toutefois, il faut être vigilant car les vieilles habitudes reviennent souvent au galop.

Merci de votre initiative et je souhaite que votre entrevue de ce matin devienne le début d'un nouveau mouvement qui pendra forme et de l'importance dans un prochain jours.

Garder votre sourire et au plaisir,

Clément de Laat,

Richelieu, Qc

 

Je suis tout à fait d'accord avec cette démarche. Pourquoi rien ne bouge alors que  cette solution serait avantageuse pour tous les vieux qui souhaitent tellement rester à la maison le plus longtemps possible et de plus c'est une économie pour le gouvernement.

Irène Bélanger Aubut

 

J’attends et j’espère que nos villes, nos gouvernements provinciaux et notre gouvernement fédéral mettront en place une politique de reconnaissance des droits de vivre dignement pour les aînés....soins de qualité pour ceux qui en ont besoin, accompagnements en fin de vie, aide et soutien financier pour inciter les aînés en santé à rester chez eux ...

P Laporte

 

Excellente démarche pour obtenir de l’aide aux personnes âgées qui l’ont bien mérité, de demeurer chez elles le plus longtemps possible.  Aide qui manque dramatiquement.  Avoir plus de 90 ans et en manque d’autonomie,  est bien difficile sans aide

Rollande Ouellet

 

Je suis à 100% d'accord avec votre démarche et vos propositions. Depuis que je suis à la retraite, un peu plus de 10 ans, c'est ma hantise de ne pas être en mesure d'obtenir les services nécessaires pour vieillir chez moi en toute sécurité quand mes forces diminueront. Il faut se prendre en main pour obtenir ce que l'on veut et inciter le gouvernement à répondre à nos demandes. Bravo!

Rose Marie Ouimet

 

Il serait urgent et bien moins couteux de donner plus de service à la maison.  Cela retarderait le besoin de Residences intermediaires et CHSLD.

IL SERAIT TOUT AUSSI necessaire de permettre les directives anticipées concernant l’aide médicale à mourir...

Danielle

 

Bravo pour cette excellente initiative .  Entièrement d'accord avec votre analyse et vos propositions. Espérant que vous serez ecoutees. 

Solidairement Gisèle Ampleman.

Gisèle Ampleman

 

Tout à fait d'accord avec l'analyse de mesdames Gervais et Désilets. Il est grand temps d'agir

Denise Montplaisir

 

Ça fait de nombreuses années que Chloé Ste-Marie se débat pour avoir de l'aide à domicile, de l'aide pour les proches aidants, un soutien pour l'autonomie résidentielle des personnes en perte d'autonomie ou simplement pour avoir de l'aide au niveau entretien ménager. Il est grandement temps de mettre de l'énergie pour l'avenir, notre avenir.

Ginette Beaulieu

 

D'accord, en autant que des services appropriés sont fournis pour que les personnes désirant rester à la maison soient bien entourées.

micheline desmarteaux

 

I 100% support the idea that staying at home as long as is feasibly possible is the best policy. I know my home, and keeping it maintained is an ongoing work that keeps me fit : exercised and purposeful. I am an active member of the community, which supports my sense of belonging and worth. I live with animals who are my loyal and indispensable companions...and I can get around with my eyes closed. I also know that there are agencies in place with people to help me if I so need. 

COVID 19 has underlined the faults of our health and social systems. These need to be fundamentally changed to adequately reflect and pay for the services care givers perform on a daily basis!

Julia Stuart

 

j'aimerais que la nourriture sois adapter pour notre age j'ai 88 ans  des hotdog pi de la pizza et ect pis de la nourriture en canne n'est vraiment pas bon pour notre santé..ça c,est dans une residance privée

Berthe Fontaine

 

Des CHLSD autonomes mais imputables pourraient être beaucoup plus efficaces.  Le moyen pour qu'ils soient imputables c'est par des inspections serrées ce qui obligerait les directeurs et tous les intervenants à être plus performants.  Je pense qu'en Colombie Canadienne ils ont un système semblable à cela.  La ligne hiérarchique est plus courte. 

 À noter que beaucoup de CHLSD performent très bien.  À beaucoup d'endroits les gens sont heureux et bien traités.  

Je crois que le support à domicile est vraiment insuffisant.  Ça permettrait aux aidants naturels de garder plus longtemps les gens malades et / ou agés plus longtemps à la maison.  Puis ça serait moins dispendieux pour le gouvernement.  

Voilà quelques observtions tout en sachant que c'est loin de faire le tour de la question.

Jean-Pierre Beaudry

 

Je sais depuis toujours que c’est ce qu’il faut faire, ayant travaillé la majorité de ma carrière en maintien/soutien/soins à domicile. Il ne manque que 2 ingrédients, soit la volonté politique et l’implication de certaines familles qui ne peuvent pas toujours être au rendez-vous, ayant eux-mêmes des obligations. De plus, plusieurs personnes âgées n’ont aucune famille ni aucun réseau, ce qu’il faut compenser pour permettre leur maintien à domicile.

Louise Lefebvre

 

Ce qu’il faudrait,c’est de l’aide financière pour de l’aide aux travaux domestiques et aux soins

a domicile.

Ex: rabais pour des installations

Sanitaires : baignoires ou autres .

J’ai toujours espéré pouvoir demeurer chez moi jusqu’â la fin de mes jours.

Hélène courchesne

 

Tout à fait d'accord.Excellente démarche.

Lisette Paris

 

Ce qui me fait le plus plaisir comme grand-maman, c'est d'être entourée d'enfants, d'adolescents, de les écouter, de jaser, rire avec eux.  Je veux pas être privée de leur présence.

Rita Gamache

 

Je désire fortement vivre chez moi le plus longtemps possible, aussi longtemps que je serai autonome.

suzanne Malouin

 

Absolument

Je compte surtout à un appui des services à domicile

Guy St Onge

 

Bravo! C'est mon rêve et celui de plusieurs de mes amies!

Si une "manifestation" est organisée, on ira surement!!

Merci, merci!!

Louison Bérubé

 

J’ai quitté le réseau de la santé il y 2 ans, parce qu’il était déjà désorganisé. J’ai évalué beaucoup d’ainés qui avaient besoin principalement de et qui les auraient aidés à demeurer autonomes, mais ces ressources n’étaient pas au rendez-vous. J’ai toujours privilégié la prévention, mais l’argent allait à la technologie et au curatif. Depuis, je privilégie les petites communautés, les réseaux et j’ai cessé de croire en l’état providence. J’espère garder mon autonomie le plus longtemps possible et à défaut de celle-ci j’ai rempli dès sa sortie mes directives de fin de vie. J’avais déjà demandé à mes proches d’éviter tout acharnement thérapeutique dès que je ne pourrai plus répondre pour moi-même. Cette décision je l’avait prise au début de ma carrière, après avoir pris conscience des conséquences de survivre à tout pris.

Le réseau est dépersonnalisé. Ma mère avait besoin de certains services et j’avais mentionné que ma mère risquait une chute avec fracture. Comme réponse on m’a demandé de ne pas jouer au docteur, alors que j’avais passé ma vie professionnelle à évaluer des troubles à la marche. Dans les mois qui ont suivi elle a eu une fracture de hanche avec détérioration de son état. Elle vit maintenant sur une unité de soins dans une résidence pour personnes âgées, alors qu’elle était autonome. Maintenant, ses soins sont onéreux, alors que ceci aurait pu être évité en favorisant son autonomie. Son déménagement s’est fait avant le coranovirus, mais non encore terminé, car le confinement a fermé les portes. Impossibilité de visites. Pour diminuer sa confusion, nous l’appelions régulièrement, ce qui a amélioré sa cognition. Nous fêtons dans quelques jours ses 90 ans.

«Small is beautiful »... les gens sont plus soudés et prennent soin les uns des autres. Cessons de croire que les Gouvernements prendront soin de nous. Ils devraient aider les gens à prolonger l’autonomie plutôt que. la survie, point de vue personnel. J’ai déjà vécu dans une coop d’habitation et l’un de mes voisins très handicapé qui y vivait. Il y recevait les soins d’un préposé pour. ses besoins en raison de ses limites de mobilisation. Je ne l’ai jamais oublié. Il avait une vie plus normale que. dans un CHSLD. 

L’aide aux aidants dits naturels (le plus souvent des femmes) doit être fortement encouragée. Combien de fois ai-je vu ces aidants tomber malades.?! Ceci coûte très cher à la société en soins et en perte d’emploi. Cessons d’éteindre les feux. Les solutions existent, mais ils tombent dans notre tache aveugle. La prévention en tout domaine est toujours plus payante à long terme, mais moins glamour que d’annoncer la découverte d’un médicament à coût exorbitant et pas toujours aussi efficace que prévu. J’en ai vu de ces médicaments retirés du marché, des solutions de grandes envergure comme plusieurs réformes. Cessons de toujours vouloir centraliser au point où plus personne n’est imputable. Les solutions existent, mais les actions ne suivent pas les paroles. Toutes les actions comptent, petites ou grandes, tant personnelles que communautaires. Commençons par une réflexion personnelle pour nous tous, en nous souvenant que nous devons être le changement que nous vouloir voir. Je crois profondément en ce changement. Même si nous sommes seuls à avancer, même si l’action semble petite, elle fera boule de neige.

Votre réflexion est aussi la mienne et nous sommes mêmes plusieurs à y adhérer.

Francine Veilleux, médecin retraitée, neurologue

 

Vous êtes tellement inspirante. Je vous appuie à 100 % dans votre démarche. Je suis âgée de 60 ans et vis avec un homme extraordinaire de 74 ans. J'aimerais tellement que tout se passe bien pour notre futur. 

Je vais signer la pétition pour la décentralisation et évidemment je vais appuyer le pacte des aînés. 

Je serai à la retraite dès l'année prochaine. Si vous avez besoin de mon aide, n'hésitez pas. 

Bravo 

Maryse Gingras

Victoriaville

 

Merci pour votre initiative et le travail que vous faites.

Je crois que la culture du monde des affaires qui est de servir les intérêts du secteur privé, même pour ce qui est des CHSLD publics, qui sont construits et équipés par le privé, que cette culture ne sert pas les humains contrairement à ses prétentions à propos de la main invisible du marché. Pour les «résidences pour ainés-es» et les CHSLD privés cela est évident. Nous avons été informés de cas où l'État a même permis à une personne ayant un passé criminel d'y faire des affaires. C'est aussi payant même pour les personnes soit-disant honnêtes!

Plein de citoyens pensent et veulent appliquer les principes du socialisme mais est-ce possible à l'intérieur d'un système et d'un État fondé sur le capitalisme et qui bien souvent en fait les louanges? Je crois que cela explique les obstacles et les causes qui nous ont conduit là où nous sommes.

Mais un combat de résistance comme le vôtre, avec l'appui du public, avec divers moyens comme une pétitions à l'Assemblée Nationale peut en arriver à une victoire et forcer les «sourds» à vous-nous entendre.

Merci encore!

jean-yves rioux

 

Bonjour,

Ma mère est décédée l'an dernier et a passé la dernière année de sa vie en CHSLD. J'ai 68 ans et depuis, malgré les très bons soins possibles (car il manquait de personnel), j'ai une grande crainte de terminer mes jours dans ces lieux. Alors, j'appuie fortement ce mouvement et merci.

Je veux à tout prix demeurer à la maison le plus longtemps possible.

Bonne journée et merci mille fois de ressortir ce dossier trop longtemps ignoré.

Jocelyne Lavoie

 

Le maintien à domicile serait  sûrement une solution plus humaine et moins coûteuse pour un grand nombre d'aînés. Plusieurs personnes aînés, dont ma mère ont dû quitter leur résidence de façon prématurée à cause d'une absence totale de soutien à domicile à la campagne ou elle habitait depuis 53 ans . Les résidences répondent aux besoins d'une certaine clientèle. Mais  l'offre homogène des types de résidences n'est pas LA solution: trop grande, population trop homogène et sans mixité des générations, administration trop rigide, des gérances non adaptées, trop coûteuse pour certains, but presque exclusivement lucratif, un pis aller pour plusieurs aînés considérant le  manque de soutien à domicile ou de soutien insuffisant. 

Favoriser dans les municipalités la construction de mini maison sur le terrain des enfants, parentés ou communautés d'amis serait aussi une solution peu coûteuse qui répondrait aux besoins multigénérationnels de plusieurs    

Une meilleure reconnaissance fiscale des proches aidants et des bénévoles serait une solution à une structure naturelle qui existe déjà et serait relativement facile à encourager davantage

Une meilleure utilisation de centres communautaires (y compris les YMCA)  serait aussi une solution naturelle puisqu'ils sont déjà un grand nombre à oeuvrer  dans le milieu des aînés 

Utiliser leurs ressources à meilleur escient plutôt que tenter de réinventer la roue serait une clé gagnante  et permettrait une meilleur réponse et mieux adaptée que des résidences à but lucratif dont le but n'est pas l'humanité mais faire ses frais et surtout s'enrichir …...

dorion marguerite

 

J'ai 73 ans. En juin 2019, j'ai vendu ma maison à Ahuntsic suite à la suite de la déchirure d'un ménisque et à la présence d'arthrose avancée dans ce même genou.

J'ai loué un appartement dans une RPA, logement dont le coût est extrêmement élevé à cause des services offerts. Il en coûte environ 400$ par mois pour les services récréatifs offerts, services qui ont été annulés depuis le début de la pandémie et qui me sont quand même chargés. Depuis le début de la pandémie, je me sens séquestrée et infantilisée. Je regrette donc amèrement d'avoir vendu ma maison. J'aurais dû plutôt investir dans l'adaptation de la maison de façon à n'avoir plus à utiliser l'escalier menant au sous-sol, dans les services pour lavage des fenêtres, déneigement, tonte de pelouse, etc. J'en suis à considérer l'achat d'une maison ou la location dans un condo avec ascenseur. Vivre chez soi, c'est primordial et dans une RPA, on n'est pas chez soi.

Francine Godard

 

Je vous félicite toutes les deux pour cette belle initiative.! J’applaudis votre démarche que je considère très courageuse ! 

Je suis une jeune retraitée de l’enseignement ,membre active de l’AREQ (Association des personnes retraitées de l’enseignement du Québec) et impliquée dans le Conseil de ma section en Montérégie.(Valleyfield). Vous pourriez faire parvenir votre plaidoyer à notre présidente Mme Lise Lapointe.Je suis certaine que notre association appuierait une telle démarche.Ainsi la pétition pourrait circuler plus facilement parmi nos membres.Je vous souhaite « Bonne chance! »

Francine Malo

 

Bravo pour cette initiative, j’ai 71 ans et je tiens à garder mon autonomie le plus longtemps possible, j’espère que notre gouvernement réalise que les soins à domicile sont prioritaires. Pour demeurer en santé il faut être actif.

Céline Darveau

 

Garder notre autonomie, notre santé psychologique en restant à la maison.  Les soins à domicile coûtent moins chers à la communauté

Nicole st-Germain

 

Bonjour, on ne peut qu'applaudir votre initiative. Il faut dire que le vieillissement est beaucoup une affaire de femmes puisque les hommes partent avant nous. On se retrouve donc souvent seules à devoir gérer notre parcours vieillissant. De plus, comme votre initiative émane d'une région, il est essentiel d'insister sur le fait que les grandes villes, telle que Montréal, où vit presque la moitié de la population du Québec, sont particulièrement mal loties en soins à domicile aux aînés et en accès aux soins de santé. Enfin, on doit ajouter la difficulté de s'y loger, a fortiori pour les aînés voulant rester à domicile, qui y est sensiblement plus périlleuse (comme j'en au moi-même fait l'expérience) qu'ailleurs au Québec. Espérons que les requêtes que vous portez sur la place publique seront enfin entendues.

Lucie France Dagenais

 

Merci pour votre initiative, je crois que les soins à domicile répondent aux aspirations de plusieurs aînées, dont moi.

Je vais continuer à suivre les initiatives et actions qui supportent la mise en place de services de qualité et pour tous,

Bonne journée

Bilocq claire

 

Ce matin du 17 juin, en ouvrant la radio, j'apprends une très bonne nouvelle: Vieillir chez moi. C'est exactement ce que je souhaite pour mon avenir.

J'ai 78 ans, sans famille, mais avec un beau réseau d'amis. Complètement autonome, universitaire et disponible pour m'impliquer.

Je souhaite voir des changements le plus rapidement possible.

Bravo  pour votre initiative!

Marie-Hélène Prat

 

Oui, vieillir chez-moi, c’est gagnant mais avec de l’aide physique et financière pour les travaux intérieurs comme extérieurs.  Je suis une femme de 73 ans qui vit seule dans un cottage de la Rive-Sud de Montréal.  Toute ma famille est à Québec donc je ne peux compter sur leur aide.Entretenir la maison et le terrain est beaucoup de travail pour moi.  De plus, il faut toujours payer le gros prix pour faire réparer ce qui brise.  J’ai dû payer 160$ pour changer un robinet de cuisine l’an passé pour un travail de 10minutes.  Il devrait y avoir des prix spéciaux pour les aînés qui vivent seuls ou ces travaux devraient être déductibles d’impôts au même titre que la femme de ménage ou le déneigement. Je suis chanceuse car je suis en pleine santé. Donc, je suis encore capable de tondre mon gazon, de faire mon jardin et mon ménage mais pour combien de temps.  Cependant, J’appréciterais  de l’aide pour certains travaux . Il devrait y avoir un groupement de jeunes retraités dans chaque ville prêts à faire du bénévolat pour aider les retraités de + de 70 ans à faire ces travaux d’entretien à moindre coût. Merci de me lire en espérant vous avoir intéressées.

Micheline Jobin

 

Oui, c'est gagnant....

À l'heure où existe Face Time ou Skype, il n'y a aucune raison de ne pas s'en servir pour notre santé avec la télé-médecine. Trop souvent nos petits "bobo" pourraient y être réglés sans encombrer le système.

J'ai 73 ans et je vis chez moi avec un coloc qui est aussi anxieux que moi quand il s'agit de maladie et je ne veux pas inquiéter mes enfants, alors j'endure... j'essaie de me soigner avec google. Et mon anxiété augmente, ce qui engendre d'autre troubles...alors que beaucoup de problèmes pourraient être résolus à la base, à la maison, entre autre, avec une visite d'un médecin.

De plus, ça coûterait bien moins cher au gouvernement d'investir sur des aides faciles à trouver chez les jeunes qui cherchent de l'emploi pour gagner leurs études. Ces jeunes pourraient aider pour le grand ménage de la maison, laver les fenêtres, faire le gazon à l'occasion, déneiger dans les grosses tempêtes, etc. tout ces petites choses qui incitent les personnes âgée à quitter leur maison. Tous ces petits services ne devraient pas être offerts par des crédits d'impôt car les petites gens ne payent déjà pas d'impôt, leur revenu étant trop bas pour en payer.

France Picard

 

J'ai 65 ans, j'ai la chance d'être en bonne santé et je fais tout ce que je peux pour le rester. Je vis seule depuis près de 20 ans et je suis très active. Mais viendra un jour où je perdrai cette autonomie qui m'est si chère. Je ne veux pas me retrouver en CHSLD lorsque je serai en perte d’autonomie. Je n'ai pas de proches pour m'aider et je suis déterminée à ne pas vivre en CHSLD.

J'ai été proche aidante de ma mère qui a passé les 4 dernières années de sa vie en CHSLD. C'était insoutenable, les soins étaient minimaux. Ma sœur et moi en avons pris soin nous-même d'elle tant que nous avons pu, mais il a fallu accepter de la placer en CHSLD au moment où son état exigeait trop de soins. Nous étions épuisées!  Nous allions passer du temps avec elle presque  tous les jours, mais on ne peut pas parler de qualité de vie. J'avais beaucoup de peine pour ceux qui n'avaient pas de visite de proches. À quoi bon vivre de  plus en plus âgés si c'est pour passer plusieurs plusieurs années dans ces conditions.

Je pense que nous méritons tous de vivre dans la dignité jusqu'à la fin. 

Je vous remercie de votre initiative, il faut que ça change!

Sylvie Charbonneau

 

Bien avant le drame survenu dans les CHSLD, nous connaissions déjà les bénéfiques vertus de vieillir chez soi. Si nous avions besoin de le vérifier encore une fois, voilà que la pandémie s’est chargée récemment, et bien cruellement, de nous le démontrer à nouveau. Tout milite en faveur de déployer tous les environnements et moyens pour que nous puissions profiter, idéalement jusqu’à notre dernier jour, de ce que peuvent nous apporter notre entourage et nos familles dans un cadre de vie adapté. Et surtout que nous puissions maximiser les bienfaits avérés de vivre le quotidien dans la sérénité de notre chez-soi. Ce constat , qui fait largement consensus partout dans le monde, devrait donner lieu à un effort gouvernemental sans précédent pour que cet objectif devienne le plus rapidement possible réalité au Québec.

Line-Sylvie Perron

 

Bonjour à vous deux,

Pour débuter, félicitations pour votre engagement et démarche! Et merci beaucoup de nous laisser la parole! Voyez vous j'ai eue 70 ans cette année et une semaine après mon anniversaire le confinement est arrivé... c'est vraiment pas un cadeau! Par contre je ne saurais dire à quel point je me suis sentie chanceuse d'être dans un quartier que j'ai choisi, près de mes amies, de mes filles et de toute l'affection, l'aide qu'elles ont pu me prodiguer, même si je suis en excellente santé et très active! L'aide mentionnée consistait au service d'épicerie dont une de mes filles s'occupait avec grand plaisir, étant elle même en arrêt de travail dû à la pandémie. À part cela il y avait les nombreuses communications téléphoniques avec mes amies et une autre de mes filles vivant à l'autre extrimité de l'île de Montréal en compagnie de mes petites filles!

Je vote moi aussi pour le soutien à domicile, pour les mêmes raisons que vous mentionnez, c'est nettement une meilleure qualité de vie pour tous et toutes. Dans l'état actuel des choses, personne ne souhaite être malade, nous évitons tous cliniques et hôpitaux! La peur s'est installée chez nous en même temps que l'arrivée de la Covid 19! 

En ce qui concerne nos gouvernements actuels et précédents il faut une volonté politique pour effectuer un changement vers le sercive à domicile pour la majorité des personnes ainées en perte d'autonomie de toute sortes! Il faut un '' coup de barre '' et un gros!!!!

Merci d'être là, je pense que la seule façon de faire la différence vous l'avez trouvée, ce sera la démarche citoyenne.

En vous remerciant,

Louise Noël

Verdun, Montréal

 

Un gros merci pour votre engagement.  Il est grandement temps que la société s'organise pour donner aux ainés, dont je suis, un milieu de vie où on se sentira valorisé et considéré pour tout le travail accompli au fil des années vécues. Je souhaite vieillir seule chez moi, dans mon appartement, dans un voisinage aimé et connu. J'aimerais que l'on constitue des services à domicile car avec l'âge il y a de tâches nécessaires à l'entretien domestique pour lesquelles il n'est pas toujours facile de trouver l'aide nécessaire à des prix raisonnables. De plus, je souhaite qu'au niveau médical on puisse organiser des visites médicales à domicile quand il devient trop pénible de se déplacer vers les cliniques médicales. 

Merci encore et j'espère que nos voix seront entendues par ceux qui nous dirigent le plus rapidement possible.

Johanne Duquette

 

Je parfaitement en accord avec les objectifs de cette publication. Avoir du support a domicile nous permettrait de rester davantage autonome et de vieillir dans la dignité. Le gouvernement est en mesure de constater l'échec du système actuel. Nous les personnes âgées devons nous mobiliser et exiger des changements profonds du système de santé orienté principalement vers un système de médecine en milieu hospitalier.

Mon mari et moi avons 71 ans  et cela fait 2 ans et demi que nous sommes sur la liste des orphelins pour obtenir un médecin de famille et nous avons encore jamais été contactés. Quel système.....

Merci pour votre belle initiative; je suis prête a vous aider dans l'action et la mobilisation.

Danielle Fredette

 

Bravo pour votre initiative! Notre système de santé est loin d'être agile alors je crois en l'initiative citoyenne pour démarrer ce virage. Une coopérative? L'isolement favorise le statut quo, mais je crois que les jeunes retraités peuvent aider à préparer l'avenir: le leur et celui des aînés avec qui ils sont solidaires.

Merci!

DENIS VACHON

 

Bonjour 

Félicitation pour votre analyse et initiative.

Vous traduisez une situation admis socialement que notre gouvernement n’arrive pas à mettre en place.

Changement de culture et défi pour notre administration publique peu éloquente.

Bonne fin d’aventure

Marc Flamand

 

il y a environ 10 ans j'ai participé a une enquête du gouvernement et la conclusion du comité ne plus batir de ces monstres chsld et de tout faire pour garder les ainées à la maison.Une autre étude sur les tablettes pas assez rentable politiquement.

Jean Paul Terriault

 

J’ai reçu hier un diagnostic de cancer atypique très mal placé.

Je serai opérée à l'hôpital en urgence très bientôt.

Je suis par ailleurs en excellente santé et active. J’ai 63 ans.

C’est sûr que ça me fait peur mais néanmoins je veux rester positive.

J’ai toujours pensé que ça arrivait aux autres, pas à moi, même si je sais que c’est très irrationnel !

S’il m’arrivait quelque chose et que je ne pouvais plus faire mon travail, que j’adore (psychologue), je voudrais être dans ma maison où je suis heureuse, et avoir de l’aide, au besoin.

C’est mon premier matin avec cette nouvelle, probablement que je vais digérer la nouvelle progressivement.

Je soutiens votre initiative, qui devrait être mise en place depuis longtemps, d’un point de vue humanitaire et aussi financier !  J’ai entendu votre reportage à la radio de Radio-Canada ce matin.

Je souhaite que votre entreprise aille loin.  Merci !

Ce commentaire m’a aussi permis de me soulager un peu !!

Danielle joly

 

C’est tellement évident qu’un système permettant aux personnes qui vieillissent de vivre chez elles, le plus longtemps possible est souhaitable, une solution à une crise annoncée.  C’est mieux pour tout le monde d’un point de vue humain et de santé pour les individus. C’est mieux pour les gouvernements parce que moins coûteux. Mais ça demande de changer.  Défaire la dernière réforme de centralisation est un pas. C’est un premier pas.

Merci de lancer ce mouvement.

Louise Guertin

Si vous souhaitez laisser un commentaire, vous pouvez le faire ici.

©2020 Vieillir chez moi, c’est gagnant !